logo_presentationEt ils débarquent en nombre ce week-end Porte de Versailles à Paris puisque ce n'est pas moins de 997 vignerons qui vous présentent leurs régions, leur travail, leurs produits!

Quelques conseils sans prétention afin de faciliter votre visite: 1) Evitez les talons, ça fait trop mal aux pieds; 2) Prévoyez au minimum un sac à dos, pour ranger les papiers, le manteau et la bouteille d'eau (il fait une chaleur à crever dans le hall) et éventuellement vos achats; 3) Avoir un diable ou un caddie en cas d'achat en "grande" quantité; 4) Ne vous trompez pas de salon, il y a le salon de l'éducation dans les parages (d'où les "j'ai envie de fumer, sa mère" entendus sur les tapis roulants...), peut-être faut-il y voir un signe, après tout le vin c'est pédagogique et c'est tout une éducation!

Bon j'y suis allée cette aprem et je n'ai suivi aucun de ses trois conseils (faites ce que je dis, pas ce que je fais...), donc j'ai un peu galéré. En plus je ne pensais pas qu'il y aurait autant de monde, donc pas facile de déguster dans de bonnes conditions, et encore moins facile d'avoir une conversation suivie. En plus comme j'avais les mains pleines (le sac à dos j'vous dit) je n'ai pas pu prendre de photos. Heureusement que j'ai goûté de bonnes choses sinon ça aurait été limite un échec total.

Photo0361Premier arrêt en Bourgogne, sur le Domaine Philippe Girard, je voulais goûter leur Pernand Vergelesses blanc Les Belles Filles. Nous sommes sur du Chardonnay bien sûr, avec une robe jaune pâle. Au nez c'est gras et beurré, j'aime bien ce genre de vins. En bouche c'est rond, gras, et tendu sur la fin. Ca commence par vous carresser les papilles et sur la fin paf, ça vous réveille. J'aime bien, j'en ai pris une bouteille, pour 13,5€. A noter qu'il y a (au moins) deux domaines Girard sur le domaine puisqu'il y a également Jean-Jacques Girard, un domaine à qui j'avais acheté du Pernand rouge 1er Cru en mars, et qui fait également un Pernand blanc Les Belles Filles, sauf que je me suis rendue compte après que je m'étais un peu mélangé les pinceaux...Donc conseil n°5, préparer votre salon!


Photo0360Second arrêt dans la vallée du Rhône, du côté de Chateauneuf du Pape exactement. Pas forcément des vins dont je suis fan, mais j'ai un souvenir récent d'un excellent Chateauneuf du Pape du Domaine de la Millière dégusté lors du Tupperwine à l'aveugle. Michel Arnaud est présent sur le salon, l'occasion d'aller découvrir les autres vins de la gamme. Bille en tête je commence par un Châteauneuf blanc, j'en ai goûté qu'une seule fois dans ma vie et ça ne m'a pas laissé un souvenir impérissable...mais je reste ouverte donc go. Et j'ai bien j'ai été agréablement surprise par cet assemblage de grenache blanc, clairette et bourboulenc. Une robe jaune clair, un nez encore discret mais qui laisse deviner une grande richesse arômatique. L'arôme qui m'a le plus marqué est un arôme de citron, assez incroyable. En bouche on retrouve cette complexité arômatique, assez difficile à définir pour le moment, ainsi qu'une très belle acidité; c'est équilibré, riche, frais, très très bien. Et ça peut se garder 20 ans me dit la dame! Waouh, je sais pas si j'aurai la patience....J'ai également goûté le rouge 2006, mais je n'ai pas été séduite. Les 2005 ils n'en ont plus qu'en demi bouteille, à 12,5€ la bouteille. A voir si je me laisse tenter.

Leur site internet: c'est ici.

Troisième arrêt en Corse, sur le stand du Domaine Leccia; là encore je sais ce que je veux goûter, donc peu importe mon ordre de dégustation je tape direct dans le Muscat du Cap Corse. Un 100% muscat petits grains, très joli vin qui me plaît beaucoup au nez. De légères notes d'agrumes (citron, pamplemousse) et de fruits confits. Pour le côté fruits mûrs c'est un peu comme du viognier (abricots, pêche) mais en plus lourd. En bouche c'est très fin, mais ça enrobe bien on va dire, tout le monde en profite; pas de remarque sur l'acidité je ne m'en rappelle pas; c'est que ça doit être juste bien, un manque ou une trop grande acidité m'aurait peut-être marquée. J'ai bien aimé, mais c'est pas forcément à accorder avec des mets; ça va être les mêmes styles d'accord qu'avec un Sauternes: foie gras, roquefort, desserts chocolatés ou aux fruits. Mon accord préféré ça serait clairement roquefort, avec le reste c'est trop fort. Ou seul, comme une petite gourmandise. Plus d'infos sur leur domaine sur leur site web.

Photo0362Dernier arrêt dans le Roussillon, sans doute mon préféré de la journée. J'avais bien aimé ce que SuperFred avait écrit au sujet du Mas Karolina donc je me suis dit que c'était l'occasion de découvrir. Accueil top, il faut dire que le domaine bénéficie d'un bon emplacement finalement, dans un coin un peu en retrait, au moins on n'a ni l'impression d'être tassé ni d'être dans le passage. Messieurs ce sont deux femmes qui vous accueillent en plus, dont Caroline, l'oenologue qui travaille sur le domaine. A la base la famille a un domaine dans le bordelais, et 13 ha dans le Roussillon depuis 2003. Je n'étais plus dans l'humeur des liquoreux, donc j'ai goûté trois vins, un blanc sec et deux rouges. Je commence par le Vin de Pays des Côtes Catalanes 2007, un assemblage de 60% de grenache gris et 40% de maccabeu, deux cépages plutôt "rares", pas courants du moins. Et j'aime bien les domaines qui font des choses pas courantes. Un petit bien sympa, d'apéro, frais, et marqué par son caractère minéral  et de légers arômes de fleurs blanches, ainsi que le style un peu "eau de mer" du maccabeu. Autant le 100% maccabeu de chez Gayda j'avais pas trop accroché autant là j'ai bien aimé (8€). J'enchaîne avec le Vin de Pays des Côtes Catalanes rouge: un assemblage 50/50 de grenache et de carignan, un nez de fruits rouges et une bouche sèche en finale; je déteste cette sensation. Recalé. Je poursuis avec le Côtes du Roussillon Villages 2005, un assemblage de grenache syrah carignan, un élevage de 18 mois dans des barriques d'un vin. Là j'aime beaucoup: un nez dominé par la cerise mais également marqué par une finesse épicée (syrah?), une bouche longue et équilibrée, des tanins fondus, de la matière, le petit côté épicé, c'est 12€ mais c'est très bien fait.

Voilà pour mes premières impressions du salon des "VI" Versailles 2008. Laissez moi un commentaire avec les vôtres!