dindonswine

26 mars 2010

Chez Drouant

photo_11Un endroit mythique dans le quartier de l'Opéra, c'est là que se réunit une fois par mois l'Académie Goncourt. Le décor du salon n'a presque pas changé depuis 1914, et je dois dire qu'on est très bien assis dans ce fameux salon Goncourt! Les cavistes de Mes Accords Mets Vins ont convié à notre table le vigneron d'Ampuis Stéphane Ogier, qui a ramené un certain nombre de flacons dans ses valises...Entre autres des Côte Rôtie et Condrieu, tout ça pour accompagner le dîner concocté par Antoine Westerman, célèbre chef alsacien (a obtenu trois étoiles Michelin au Buerehiesel, restaurant qu'il a acheté à 24 ans) qui a repris les commandes de Drouant en 2006. Beau challenge encore une fois que ce mariage de la gastronomie alsacienne et du vignoble du Rhône septentrionnal....

En attendant les retardataires on commence par quelques mises en bouche accompagnées du viognier de Rosine 2008. Un vin qui ne ressemble à rien, assez perturbant car le nez n'est pas typique du viognier (bien qu'on retrouve discrètement du fruit frais type abricot ou pêche blanche), et la bouche non plus! C'est plutôt rond, et un peu maritime, bref assez indescriptible, et pas le coup de coeur de la soirée!

photo_10

Viognier de Rosine 2008, Stpéhane Ogier

On passe à l'entrée; c'est marrant comme deux fois de suite les entrées m'ont fait peur (la dernière fois le gâteau pommes de terre foie gras à la Braisière): arrive une méga tranche de pâté en croûte; mais attention pas gras et gélatineux comme ceux qu'on trouve trop souvent, et accompagné d'une salade avec des lamelles de truffe. C'est impressionnant mais quand on a faim c'est diablement bon! Je ne saurais pas dire tout ce qu'il y avait dedans mais il y avait du foie gras c'est sûr, et d'autres trucs super bon, la croûte était elle aussi excellent. Deux vins pour accompagner cette entrée: un blanc (Condrieu 2008) et un rouge (Côte Rôtie 2007). Je commence par le blanc et là encore ça ne ressemble pas beaucoup au souvenir que j'avais du Condrieu. Peut-être qu'il avait besoin d'un peu d'aération parce qu'il était bien plus expressif une fois que j'avais terminé mon entrée. Le rouge est très syrah, franchement bien fait, épicé, y'a de la matière. Sur le coup impossible pour moi de dire quel est le meilleur accord, après quelques jours je crois que celui qui reste le plus en mémoire est celui avec le blanc.

photo_9

Pâté en croûte de volaille, salade verte à la truffe fraîche; Condrieu 2008 & Côte Rôtie 2007

Les influences alsaciennes se retrouvent également dans le plat, un pigeon rôti au foie foie gras avec ses petits légumes, le tout "emballé" dans une feuille de choux! Alors franchement c'est excellent, le pigeon était tendre et cuit à point, et la farce volaille champignon entre la feuille de chou et le pigeon se mariait parfaitement avec la viande. Les légumes imprégnés du jus de cuisson sont une tuerie, dommage qu'il n'y en avait pas plus, pour un chef qui aime cuisiner les légumes c'est un comble! Trois vins à déguster avec ce plat: le reste de Côte Rôtie 2007 qui se révèle un peu jeune face au plat, un Côte Rôtie Belle-Hélène 2006 (certainement celui qui allait le mieux avec le plat mais je ne me rappelle plus ses caractéristiques...), et en guest star un Côte Rôtie 1989. J'ai bien aimé ce dernier vin, une couleur évoluée mais qui se tient plus que bien, avec des arômes de cuir au nez, et vanillé en bouche. Un vin qui se boit pour lui-même et parfait pour déguster et discuter en attendant la suite.

photo_5            photo_7

Pigeon rôti au foie gras et chou vert, carottes et céleris étuvés; Côte Rôtie Belle-Hélène 2006 & Côte Rôtie 1989

Fromages, fromages, je ne sais plus ce que c'était, des styles de comté affinés longuement, c'était bon. Pour les accompagner un blanc, le dernier né de Stéphane Ogier, une Roussane 2004. Difficilement descriptible, un côté peut-être un peu salin en bouche; enfin, ça allait bien avec les fro en tous cas.

photo_4

Ah le dessert, tout chocolat, comme chez Senderens, mais avec différentes textures: du croquant, du fondant, du glacé, ça explose en bouche, chaque bouchée est une surprise. Comme c'est majoritairement frais ça passe très bien. Le vin qui accompagne le dessert est un classique, un banuyls. Le jeu de la soirée: trouver son âge. Sa robe est déjà bien évoluée, plusieurs lancent des chiffres allant de 5 à 15 ans, je dis 12 (au pif) et c'est ça, chouette je gagne une bouteille de Roussane 2004!

photo      photo_3

Tarte fondante au chocolat façon Westerman, tuile et sorbet au cacao; Banuyls "Gaby Vial", Domaine Vial Magnères

Conclusion: forcément on a extrêmement bien mangé, je me suis régalée, et j'allais écrire "rien d'extraordinaire non plus"; mais si tout était extra-ordinaire en fait, parce que du pâté en croûte comme ça je n'en avais jamais mangé et je n'en remangerai sans doute pas de sitôt, du pigeon je n'en avais jamais mangé, et le dessert était délicieux et original. Donc je vais plutôt écrire rien d'exceptionnel non plus parce que je doute de qu'il me restera dans quelques jours ou quelques mois. De chez Senderens tout le monde parle encore de la gambas, moi c'est plutôt la pastilla (et les deux vins dégustés avec) et le dessert qui m'avait époustouflés. La Braisière, le gâteau de pommes de terre foie gras était mythique, tout comme les arômes du plat, l'accord du vin sur le fromage, le dessert à l'ananas était méga bon et surprenant. Drouant et les vins de Stéphane Ogier on verra dans 3 mois ce qu'il m'en restera!

Posté par Dindonswine à 22:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


10 mars 2010

Domaines des Galloires

Photo1131Le Domaine des Galloires j'avais déjà bu leur pineau de la loire il n'y a pas si longtemps que ça. Une ballade en VTT le long des bords de Loire et c'est l'occasion parfait d'aller goûter les autres vins du domaine: le muscadet, acide et tendu, le chardonnay, qui fait très...chardonnay, le gamay typique gamay mais parfait pour son prix (3,70€ la bouteille!), le cabernet très poivron donc j'ai moins aimé, et le petit plaisir du jour La Malvoisie: un vin moëlleux fait avec du pinot gris, comme on en trouve en Alsace. Franchement ce vin est une tuerie: un nez explosif de fruits exotiques, des arômes de goyave, d'abricots secs, de litchi, le tout très fin, pas écœurant du tout. En bouche un régal, une vraie douceur, le vin qu'on a envie de boire en dessert, tout seul, juste pour ce qu'il est. Pas envie de parler de sucre ou d'acidité, c'est tellement bien équilibré que ça passe tout seul et ça se passe de long discours. Franchement excellent. En plus, c'est donné: 5,20€ la bouteille!
Le Crémant de Loire brut n'est pas mal non plus, 6,10€ la bouteille.
'

Photo1132                  Photo1133

Photo1134

Le muscadet des Galloires, excellent avec les huîtres!

Posté par Dindonswine à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2010

Test culinaire 2ème

Bon je sais bien que les posts où je parle de ma cuisine ont beaucoup moins de succès que ceux dans lesquels je parle de resto. Mais c'est pas grave, je m'entête, et je présente la version "live" du test culinaire.
'
Photo1125Apéro: Le P'ti Saur, un gros lot (grolleau) du Domaine Saurigny. J'avais envie d'un vin pétillant pour fêter le travail que vient de trouver ma soeur. Des bulles fun, sympa, sans tomber dans le classique champagne. En plus ce qui est rigolo, c'est que j'avais déjà servi à ces mêmes invités un apéro Polissonne (du même domaine Saurigny) il y a quelque temps, ça avait eu un beau succès, et la cohérence est plus qu'assurée:-) Eh bien Le P'tit Saur a eu le même succès que la Polissonne, déjà c'était exactement le vin dont j'avais envie (et psychologiquement, ça joue), et franchement c'était excellent: couleur fun, bulles légères, du fruit (framboise), et un peu de crâmé (le côté oxydatif peut-être?) mais juste bien. Ca se boit tout seul! Saurigny qui confirme là que c'est un domaine que j'aime beaucoup! En vente chez Lolo Baraou bien sûr.

'
En entrée pas de surprise, les fameux feuilletés chèvre/miel. La surprise c'est le vin, un vin qui va contrePhoto1130 logique d'enchaînement des vins à table. La règle voudrait que l'on commence par les vins les plus légers (en arôme, en sucre, en alcool) pour finir avec les plus costauds, ceci afin de ménager vos papilles et qu'elles puissent progressivement apprécier chaque vin à sa juste valeur. C'est un peu comme la course à pied: ça ne viendrait à l'idée à personne de commencer par le sprint, sinon on finit la course dans un sale état. Voilà pour l'image, revenons à mon fameux vin. Un vin blanc de Loire, Pineau de la Loire pour être précis, du Domaine des Galloires. Choisi pour plusieurs raisons: 1) C'est mon pôpa qui me l'a vendu, j'avais envie de goûter 2) Loire et chèvre je ne suis à peu près dans les clous niveau cohérence régionale (même si je ne sais pas d'où vient le Soignon qu'on achète à Monoprix mais faut bien faire genre on s'y connaît quand on écrit un blog:-) 3) Pourquoi pas un vin légèrement sucré puisque mon entrée l'est aussi avec le miel? Quand on voit la prise de tête pour le choix d'un vin on se dit que les invités sont vraiment choyés chez moi:-) Et le résultat dans tout ça? Excellent, c'est très bien passé, accord très sympa: sucre, acidité, croquant, onctuosité, on ne sait pas si je parle du vin ou du plat ce qui signifie que l'accord était réussi! PS: un rapport plaisir/prix excellent: 7,20€ la bouteille!

'

Photo1126La plat pas de surprise non plus, poulet au citron, mais mieux réussi que la dernière fois car le goût du citron était plus présent. Le vin choisi, Riesling allemand, offert par ma sister. Choisi pour plusieurs raisons: 1) Non j'arrête avec mes raisons à la con. Quoique. Non rien. Là encore en toute modestie accord plutôt réussi! Quoique, on a pas trop senti son goût sur le coup, parce qu'entre le vin sucré d'avant et le plat très arômatique il a eu un peu de mal à exister ce Riesling...

Mais, pour avoir retester l'accord avec les restes, je confirme que ça aurait pu aller, et que ce Riesling était loin d'être discret. Il était au contraire très arômatique; je serai bien incapable de dire quels arômes mais plutôt fleurs ou fruits blancs, et sans doute avec une pointe de sucre résiduel parce que c'était "doux". Et du coup c'est un vin qui avait tous les atouts pour se marier avec ce poulet au citron (piment doux, curcuma, gingembre, citrons confits, olives)!

En dessert, le coup de maître, la technique de crise, je fais de la récup dis donc, je ressors le vin de l'entrée! Ben oui un vin sucré mais se tenant, ça sera parfait avec ma sublississime tarte tatin (pomme=sucre et acidité). Trop la classe. Pour la peine et pour satisfaire mon ego, une photo de ma tarte (puisque le vin vous l'avez déjà vu). Bon je la mets en petit quand même:

Photo1124

Un Dîner Presque Parfait, c'est pour bientôt.

Un LL

Posté par Dindonswine à 21:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

18 janvier 2010

Test culinaire

Deux petites recettes à tester, et hop l'occasion de déboucher un vin que j'avais adoré quand je l'avais dégusté, le CSbV, un blanc du Clos Troteligotte (région de Cahors). Les recettes à tester: feuilleté chèvre et miel, et poulet au citron. Simple et plutôt rapide à faire, et franchement excellent. Il faut juste penser à acheter des citrons non traités, sinon vous allez augmenter votre capital cancer. Reste plus qu'à trouver une animation et avec ça vous êtes prêts à gagner Un Dîner Presque Parfait.
'

Photo1106         Photo1108

'
Comme son nom l'indique, le CSvB c'est Chardonnay (un des cépage du Champagne et celui du Chablis), Sauvignon Blanc (cépage du Sancerre par exemple), et Viognier (cépage très arômatique du Condrieu). Le vin est clairement dominé par les arômes de viognier(abricot, pêche) et de sauvignon (ananas), c'est très expressif, arômatique, presque exotique. En bouche ça garde une belle fraîcheur et une certaine acidité. Résultat ça se mariait bien aussi bien avec les feuilletés au chèvre qu'avec le poulet citron/olives, si vous voulez servir le même vin tout au long du repas vous avez trouvé ce qu'il vous faut!

Photo1105

Posté par Dindonswine à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2010

Les Papilles

1_2021379419Le soir aux Papilles c'est menu unique. Entrée, plat, fromage, dessert, la même chose pour tout le monde, c'est 31€ et c'est tout. Et bien sûr on a la surprise en arrivant, quand le chef nous raconte le programme de la soirée. Hier c'était velouté de potiron, joue de boeuf, fourme d'Ambert et panacotta mandarine caramel. Pour le vin vous choisissez vous-même, les bouteilles sont sur les étagères le long du mur. Si vous voulez un conseil le patron Bertrand Bluy est là pour vous aider, mais aucun problème si vous voulez vous débrouiller tout seuls. Au vu du menu on est parti dans la vallée du Rhône, et notre choix a été quelque peu influencé par les prix, car il est très difficile de trouver une bouteille une bouteille à moins de 30€...et on ajoute 7€ de droit de bouchon, aller, c'est la fête! Sur les étagères des vins connus de dindonswine avec par exemple du Hervé Bizeul (mais pas de petite Sibérie) et du Jean-Baptiste Sennat (Le Bois des Merveilles); mais aussi des petits producteurs moins connus, comme Yquem (1999, 3490€ la bouteille) ou Petrus (si, si, il en vend de temps en temps, aux japonais!).
'

Papilles18

'
Retour dans notre assiette; le
velouté de potiron donc; l'assiette creuse arrive avec des lardons, des petits morceaux de potiron crus, des croutons de pain, un oeuf poché et du persil frit (et non pas de la ciboulette comme nous a dit un serveur); puis vient la soupière, remplie d'un excellent velouté de potiron, ciboulette et huile d'olive. C'est super bon et en plus super sympa de se servir et se resservir dans la soupière.
Le plat: joue de boeuf, accompagné de ses pommes de terre grenaille, carottes, champignons. Le genre de plat qu'on prend jamais à la carte, qui choisit des joues de boeuf au resto franchement? Donc bon point je vais manger quelque chose que je ne mange jamais, et que je n'aurais choisi si j'avais eu le choix. Là on nous amène directement la cocotte en cuivre à table, qui dégage un agréable arôme de thym, et comme pour l'entrée chacun se sert et se ressert à volonté. Comme la portion est plus que généreuse on ne finit pas, mais on se régale. Viande tendre et fondante, champignons dorés à point, le tout parfaitement relevé, un bon plat de grand-mère!
'

Photo1101     Photo1102

Tout ça au chaud en sirottant un Syrah Les Candives d'Yves Cuilleron, lui aussi relevé à souhait, c'était parfait. En plus malgré la générosité des plats on a encore un peu faim pour le fromage, une fourme d'Ambert avec de la confiture de pruneaux; là encore petit moment de plaisir car j'adore le fromage, et ça passe plutôt bien avec le pruneau. Et heureusement en tant que gourmande de première catégorie j'ai encore de la place pour le dessert, qui pourtant ne m'emballait à première vue; panacotta ça peut être tout et n'importe quoi, eh bien là c'était surtout très bon. Assemblage mandarine caramel était super, comme pour un vin on avait une belle complémentarité (un bel équilibre comme dirait les pros) entre le côté acide de la mandarine et le sucré de caramel. Vraiment une belle façon de finir le repas.

Photo1103      Photo1104

Les plus: la générosité des plats, la convivialité, la cuisine simple mais relevée avec des produits de qualité, le choix des vins, la surprise du menu imposé

Les moins: le prix des vins, le serveur qui ne reconnaissant pas le persif frit nous dit que c'est de la ciboulette; quand il y a un menu unique la moindre des choses c'est de savoir sans hésitation ce qu'il y a dedans! Et attention, réservation obligatoire, on a essayé deux fois sans, ben ça a pas marché...

Les Papilles, 30 rue Gay Lussac, Paris 5. RER Luxembourg. Site internet.

Posté par Dindonswine à 23:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


10 janvier 2010

Bzzzzz

Etes-vous au courant du buzz du moment sur net? Je ne parle pas des filles qui annoncent la couleur de leur lingerie sur Facebook mais des louanges qui pleuvent à droite à gauche sur les vins de Bordeaux Cazenave-Briard: le sommelier Emmanuel Delmas qui a rencontré Damien Briard et dégusté ses vins et tourner une vidéo sur lui, Superfred, Fabrice qui a récemment adeauuuuuré leurs vins, et bien sûr le caviste Laurent Baraou qui m'a livré quelques flacons hier.

Photo1096        Photo1094

En tant qu'excellente follower des blogs sus-cités j'ai goûté à mon tour les vins de ce domaine lors d'une pierrade. Pas de photos de verres ni d'impressions de dégustations, simplement le plaisir des convives autour de la table qui ont unaniment apprécié le 20 de Table (2005) et le Agape 2006. L'originalité de la bouteille 20 de table a été remarquée, ainsi que la non mention du lieu de provenance (mi j'ai même pas regardé, normal je savais ce que c'était!)! Certains ont préféré le 2006, moi c'était plutôt le 2005. Ouf on est rassurés, tous les goûts sont dans la nature!

Posté par Dindonswine à 21:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

07 janvier 2010

Wine Blog Trophy 2010

Vous lisez Dindonswine, vous aimez le vin,

vous surfez sur le web?

Votez pour votre blog préféré ici!

Enfin vous pouvez quand même aller voir les autres blogs en lice ...

wineblog

Posté par Dindonswine à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2010

Quelques vins de fête

Quelques vins bûs et appréciés lors des fêtes de fin d'année:
'

Photo1074
Un Pernand-Vergelesses 2007 de chez Gabriel Muskovac, pour accompagner une poularde farcie au foie gras et aux airelles. Le vin était excellent mais il s'est un peu laissé dépasser par le plat, fort marqué par le foie gras et assez peu par les airelles.
'
'
Photo1081    Photo1080    Photo1082
Un Vouvray 2004 demi-sec de chez Vigneau (domaine en bio/biodynamie), là encore un excellent vin, légèrement sucré mais gardant une belle dynamique grâce à son acidité, on est un peu sur les agrumes en fait, le mélange sucre/acidité du citron ou du pamplemousse. Celui-lui aussi, le foie gras l'a tué!
J'avais déjà parlé du pétillant du domaine ici!
'
'
Photo1076
Un Pauillac 2005 du Château Haut-Laborde (même famille que le domaine des Féraud), bu avec un carré d'agneau. Le vin est encore un peu jeune et mérite que ses tanins se fondent un peu, mais l'accorde est déjà excellent!'

'

PC310434

Maury Mont Tauch, un accord inratable avec un dessert chocolaté! Sinon, Mont Tauch, le vin à grande échelle!

Posté par Dindonswine à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 décembre 2009

Tupper[V.I]ne

Dernière dégustation de l'année avec VinsurVin, qui nous accueillait à l'Assiette Aveyronnaise aux Halles à Paris. A l'époque des bêtisiers c'est plutôt un best-of que Fabrice nous a proposé mardi soir, puisque nous avons dégusté les vins de quelques-uns des lauréats de la Sélection VinsurVin spécial Salon des Vignerons Indépendants. Blancs, rosés, rouges, champagnes, toutes les régions de France y sont passées, et à l'aveugle s'il vous plaît. Impressions (sans notes).
'
On commence par un blanc d'Alsace, un Riesling grand cru 2005 de la maison Zoeller. Le nez était assez sympa mais ça ne m'a pas laissé un souvenir impérissable en bouche. Manquait peut-être un peu la choucroute qui allait avec.

Photo1040                            Photo1041

'
Le second blanc nous emmène dans la Loire, pour un vin assez surprenant. Au nez je trouve qu'il sent le vin gras. On s'attend à un vin bien rond en bouche, un vin de Bourgogne passé en fûts. En fait pas du tout, c'est un Menetou- Salon de la Tour Saint-Martin 2007, donc un vin fait à partir de sauvignon, et qui n'a jamais vu un fût de sa vie! Surprise mais pas conquise.
'

Photo1042                             Photo1044
'

Le dernier blanc est un "vin d'apéro entre amis" à 6€ comme il en existe des milliers, et comme j'en cite régulièrement. Je pense que ces vins chacun est capable de se trouver son préféré, son meilleur rapport qualité prix, dans la région qu'il préfère. Cet Entre Deux Mers est exactement de cette trempe!
'

Photo1046                        Photo1045
'

Le vin suivant est lui aussi plutôt surprenant. D'abord par couleur,ensuite par ses arômes, plutôt déroutants pour un rosé, marqué par les épices, le poivre, la cannelle. Un vin original pour accompagner un repas, genre de la cuisine exotique ou asiatique. Le Grand Pigoudet 2008, côteaux d'Aix.

Photo1047                             Photo1049

On passe aux rouges et on commence avec un vin qui passe très très bien, il y a de la matière mais ça reste aérien, ça va très bien avec le saucisson, j'aime beaucoup. Et il se trouve que ce n'est pas un inconnu puisqu'il s'agit du Cahors du domaine Lacapelle Cabanac, découvert en Tupperwine et récemment primé au concours national des vins bio. C'était un 2004 que nous dégustions ce soir et je me suis régalée. Décidément le vin du moment!

Photo1051        Photo1050           Photo1052

Le second rouge est très animal au nez, "mais c'est pas mal" que j'ai noté dans mon portable! Château Margüi 2007, Côteaux Varois 2007, j'aurais jamais deviné que ce vin venait de cette région!

Photo1053          Photo1054

La troisième bouteille est une invitée surprise, apportée par un Tupperwineur. Ce n'est pas une inconnue non plus puisque Fabrice nous l'avait fait découvrir lors d'un Tupperwine. Il s'agit du Walden, le vin ékouitable, initiative de monsieur Hervé Bizeul du Clos des Fées. Walden, le vin philosophique accessible à tous, de par son prix et sa disponibilité en grandes surfaces. Franchement, j'ai bien aimé.

Photo1058            Photo1056

Attention on passe ensuite à un des coups de coeur de la soirée: un Châteauneuf du Pape, Féminessance 2007, du domaine de la Tour Saint-Michel. Alors que 13 cépages sont autorisés dans l'appellation nous avons ici (simplement!) un assemblage de syrah et de grenache. Et franchement c'est déjà top. Pour le prix une petite recherche nous donne 30€ sur leur site. Peux t-on trouver mieux pour moins cher? Gros débat à table...

Photo1059        Photo1060

Saison de fêtes oblige, on passe aux Champagne. Je passerai sur le premier qui ne m'a pas plu, trop de gaz carbonique. Fabrice n'était pas d'accord avec moins, pour lui ce vin est plutôt tranquille, vineux comme on dit, avec des arômes de vin quoi.

Par contre j'ai très bien accroché sur le second. Franchement excellent, avec justement un bel équilibre entre les bulles et les arômes. De l'acidité, un petit goût de fumé, j'ai adoré! Waris Larmandier Grand Cru Blanc de Blanc 2002.

Photo1066         Photo1064

Bon j'ai moins accroché sur la déco de la bouteille, mais après tout on ne boit pas l'étiquette. Et puis l'auteur de ce vin est une artiste, spécialiste de la peinture sur bouteille! Une occasion unique de personnaliser vos bouteilles.

Retrouvez tous ces vignerons indépendants en mars prochain au salon porte de Champerret (c'est moins l'usine qu'à Versailles!).

Enfin les Tupperwine sont l'occasion unique de rencontrer les acteurs parisiens du Wine. Petit point sur l'actualité oeninternet: les youwineblogueurs, qui vous tiennent informés en temps réel des échantillons qu'ils recoivent et vous offrent régulièrement des cadeaux comme des coffrets dégustations, du champagne, ou des breuvages anti gueule de bois; Seb, de Vinomaniac, le Gary Vaynerchuck français, qui prépare le lancement de la première web tv française du vin, en anglais. Quand je l'aurais trouvée sur youtube, vous aurez la vidéo du Tupperwine! Enfin, Julien de Findawine; alors que vous pouvez toujours vous tenir informés sur leur blog, le site officiel est maintenant lancé en ligne. Retrouvez des notes de dégustation, gérez votre cave, et surtout découvrez les milliers de vins auxquels vous avez accès en ligne via leur moteur de recherche. Et prochainement sur Findawine, un outil révolutionnaire d'accords mets&vins...vous aurez toutes les explications sur les accords/désaccords mets et vins!

Merci à tous, bonnes fêtes de fin d'année et à l'année prochaine!

Posté par Dindonswine à 12:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 décembre 2009

Pas mieux!

Photo1070Suite à mon post précédent dans lequel j'ai un peu descendu le Jasnières de l'Angevin, j'ai voulu tout de suite lui donner une seconde chance, avec le Concerto d'Oniss. Franchement, pas mieux. Au nez rien à signaler ni en bien ni en mal, par contre en bouche c'est vraiment spécial: des bulles, une amertume désagréable, et puis rien de plaisant. Après aération j'ai retrouvé le petit côté fumé de fin de bouche, qui m'avait plutôt plu lors de la dégustation, mais là ça me paraissait vraiment crâmé. Donc super déçue par ces deux vins. Alors comme je n'aime pas tailler gratuitement je vais trouver une nouvelle excuse: ce sont des vins naturels qui doivent être conservés dans des conditions particulières (température inférieure à 13°C) et je doute que ma cave soit optimale. Donc j'espère que j'aurai l'occasion de regoûter les vins de ce domaine!!!!!!

Photo1072

Posté par Dindonswine à 17:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]