festibacchusCe week-end c'était Festi'Bacchus, place des Vins de France à Bercy. Une petite trentaine de producteurs de toutes les régions de France qui présentent leurs vins, quelques stands de spécialités régionales pour accompagner tout ça, et un peu de musique pour l'ambiance. Mais attention, pas la fanfare de Bercy, une chanteuse et un guitariste bien agréables. Entrée gratuite avec un ridicule verre en plastique (conclusion: il faut tjs se balader avec un verre dans son sac...), 5€ avec un verre en verre. Heureusement certains vignerons avaient prévu le coup et prêtaient des "vrais" verres sur leur stand.

Revenons-en au(x) vin(s). Chaque producteur était sous sa tente (bien vu en cas de pluie!) blanche, avec pas mal d'espace, ce qui est toujours agréable pour déguster. Arrivée vers 15h30, il n'y avait pas encore trop de monde, plus pratique pour discuter avec les vignerons. Le premier vers qui je me tourne? Le Clos Troteligotte pardi! Découvert lors d'un Tupperwine Cahors à la librairie l'Eternel Retour; les Fourmi et Perdrix m'avaient laissé un souvenir agréable donc j'avais envie de remettre ça.

DSC00327

La Fourmi, 90% malbec, 10% de merlot: robe rubis, nez sur le fruit, cerise noire, on sent direct qu'il y a de la matière. En bouche c'est tannique, gouleyant, l'après-midi en plein soleil ça tape un peu mais en mangeant ça doit passer tout seul.

PICT4726

La Fourmi, un peu floue...

La Perdrix, 100% malbec, the cépage de Cahors: robe rubis plus foncée que le précédent, moins ouvert au nez, plus subtil. En bouche c'est ample, ça chauffe un peu, belle acidité finale, mais ça assèche un peu, et ça, pour débuter les dégustations d'un bel après-midi, c'est dur!

Par contre gros coup de coeur pour le blanc du domaine, CSbV, un vin de pays du Lot composé de 50% de Chardonnay, 30% de Sauvignon et 20% de Viognier. On sent surtout le viognier, pour ne pas dire que le viognier, au nez comme en bouche. Et j'aime beaucoup ces arômes de pêche, d'abricot, le tout avec une belle acidité et une belle fraîcheur.

PICT4725

Nous nous sommes ensuite dirigées vers le Domaine Gayda, dont j'avais évidemment entendu parler sur 20/20. Le domaine existe depuis cinq ans, et s'est aussi agrandi avec un restaurant gastronomique. Le domaine fait 20 ha, mais ils achètent également du raisin à d'autres producteurs locaux. Tout est ensuite vinifié et élevé chez eux. Un domaine qui a l'air jeune et dynamique, dont l'essentiel de la production part à l'export.

DSC00316            DSC00318

Voici dans l'ordre, la liste des vins dégustés:

L'Archet 100% maccabeu (macareux pour s'en rappeler): un vieux cépage que l'on retrouve assez peu en France dans les Pyrénées, en Côtes du Roussillon blanc, mais que l'on retrouve bien plus côté espagnol. Je qualifierai ce vin d'original. Un nez très typique comme je n'en avais jamais senti: fleurs blanche, et minéralité (roches, calcaire). En bouche c'est la minéralité qui domine, avec une rétro sur les fleurs blanches. Je l'ai goûté et regoûté et ce vin est vraiment très difficile à définir. Il est surprenant et original, mais en même temps ce n'est pas le coup de coeur.

Cuvée Occitane blanc 2006: un assemblage de 40% de roussane, 40% marsanne, 20% grenache blanc. Un vin qui est passé 9 mois en fûts de chêne. Je me rappelle surtout de la sensation grasse et de rondeur en bouche, l'élevage en fûts est vraiment bien maîtrisé, plus que discret. Un très joli vin qui pourra accompagner des poissons.

PICT4741

T'air d'Oc Syrah 2006: rien d'extraordinaire, un vin de copains, facile à boire.

Cuvée Occitane rouge 2005: cinq cépages (grenache, syrah, carignan, mourvèdre, cinsault) sont vinifiés et élevés séparément pour produire ce vin. A l'arrivée cela donne un vin sur le fruit et épicé. Quelques notes empyreumatiques as well, de fumé, et de cuir. En bouche il y a de la matière mais ça reste souple et facile à boire.

PICT4730

Chemin de Moscou 2005: j'attendais beaucoup de cette cuvée, pour en avoir entendu parler et parce que c'est le haut de gamme du domaine. Résultat j'ai été déçue (et je l'ai été encore plus quand j'ai vu que c'était 18€ la bouteille). Syrah, grenache et cinsault composent ce vin, et sont à nouveau vinifié et élevé séparément. L'assemblage est fait à l'aveugle, en choisissant les meilleurs "résultats" obtenus à la fois avec les raisins du domaine, et ceux achetés à d'autres producteurs. Le 1er nez était clairement fermé, et en bouche ce n'était pas extraordinaire non plus, on sentait que le vin était très bien fait, mais pas grand-chose n'en sortait si ce n'est des tanins, de l'acidité, des notes boisées. 10/15 minutes après c'était déjà mieux, un nez un peu plus ouvert qui nous révélait des arômes de fruits noirs mûrs, cerise noire, mûre, des notes de poivre et de garrigue, et toujours des arômes boisés. Le jeune qui discutait avec nous convenait que ce vin devait être carafé, et pouvait attendre quelques années en cave car il évoluait encore et était assez instable. Bon à 18€ la bouteille j'ai pas voulu prendre le risque de l'ouvrir un jour où il boude.

DSC00317                     DSC00319

Sympa cette première partie, non? Ca donne envie de continuer n'est ce pas?