Photo0289Mercredi dernier – 12 novembre – les TupperWine soufflaient leur première bougie. Et à jour exceptionnel, soirée exceptionnelle : tout le glatin parisien (désolé Fabrice, il fallait vraiment que je la place celle-là !) avait été convié aux Caves Elzévir pour une dégustation qui restera dans les (bacch)annales !

 A première vue, la boutique pouvait sembler un peu exiguë : pour prendre son plaisir, il fallait tout simplement, au préalable, descendre à la cave – c’est souvent comme ça d’ailleurs !

Une volée de marches, comme suspendues dans le vide, nous a déposés sur le gravier, au beau milieu d’une pièce aux murs de pierre et au plafond voûté. Nous étions là, une vingtaine environ, à attendre avec impatience le début de la cérémonie.

Car il s’agissait bien d’une cérémonie : la célébration simultanée de 3 mariages d’amour, placés sous le signe de la douceur, de la tendresse et du fondant avec toutefois ce qu’il faut de piquant et de craquant pour entretenir la passion.

C’est Fabrice, en grand prêtre du TupperWine, qui a lancé les festivités par un discours inaugural empreint d’émotion et de solennité : nous allions fêter dignement l’anniversaire des TupperWine, non pas autour du traditionnel gâteau, mais par la dégustation de 3 accords vin et chocolat !

Pou cela, Fabrice avait su s’entourer : Pierre Schneider, du Château Saint-Nicolas, était « monté » de son Roussillon à la capitale pour nous présenter deux Rivesaltes ; Didier Richou, vigneron en Anjou, était venu accompagné d’un Coteaux de l’Aubance ; enfin, le maître-chocolatier Arnaud Larher, Meilleur Ouvrier de France 2007, établi à Montmartre, était venu avec 3 ganaches rigoureusement sélectionnées pour s’harmoniser avec les vins présentés.

Photo0299

Les quatre acteurs principaux de la soirée, Fabrice de Vinsurvin, Didier Richou, vigneron en Anjou, Arnaud Lahrer, chocolatier pâtissier, et Pierre Schneider, vigneron dans le Roussillon

Le premier accord réunissait un 100% muscat de Rivesaltes de Pierre Schneider et une ganache mi-amère tout droit venue du Venezuela.

Elaboré à partir de muscat petits grains, le vin doux naturel à la robe claire, jaune pâle, nous révéla au nez des arômes de fruits mûrs d’automne qui se confirmèrent à la dégustation : des pommes, des poires, pas de scoobidoo-bidoo mais la fraîcheur et le plaisir étaient bien là ! Quant au chocolat… de la finesse et du croquant, une belle persistance en bouche et surtout cette légère amertume du cacao qui s’accordait parfaitement avec les arômes suaves de fruits mûrs du vin. Et pour en être tout à fait certains, nous en avons repris deux fois !

Photo0293

Pierre Schneider nous présente le premier vin de la soirée

Deuxième alliance de la soirée : le Coteaux de l’Aubance « Les Violettes » 2005 de Didier Richou, accompagné d’une pure merveille de ganache au zestes de citron vert – qui avait donné des frissons de désir à l’assistance rien qu’à son évocation au début de la soirée !

Le nectar, élaboré à partir de chenin, ce cépage tardif qui donne un vin « naturellement doux », évoquait au nez le coing. Sur la langue, un léger arôme de pêche et peut-être une petite touche de pamplemousse – rose, le pamplemousse ! Une belle acidité lui confère de la fraîcheur et va accompagner la dégustation d’un chocolat - à mon humble avis - extraordinaire, subtil mélange entre le fondant et l’onctuosité du chocolat noir et l’amertume et le parfum de l’agrume ! Celui-là, je pense qu’on a dû le goûter… au moins 3 fois !!

Photo0291

Les Violettes, de Didier Richou

Enfin, troisième et dernier accord de la soirée : Pierre Schneider nous présentait un Rivesaltes 2003, « Elixir du Roy », que notre « humble serviteur » Fabrice et notre MOF Arnaud avaient choisi de marier avec un autre très, très grand chocolat qui cachait sous son écorce de praliné aux noisettes un cœur de chocolat fondant au pain d’épices grillé et à la marmelade d’oranges… (soupirs d’extase et d’impatience dans l’assistance à la perspective de tant de délices !)

Le vin est élaboré à partir de grenaches blanc et gris issus de vieilles vignes poussant sur des coteaux ensoleillés. Vieilli 18 mois en fûts, il présente une couleur ambrée naturelle qui étonne et fascine à la fois. Le nez est complexe. Le nectar envahit la bouche et délivre des arômes de miel et de fruits confits, compotés ; indéniablement, c’est le pruneau qui domine, ou plutôt une note de confiture de prunes. Une vraie merveille ! Que dire alors du chocolat ? Une autre merveille ! C’est bien simple, si je devais voter aujourd’hui pour les nouvelles merveilles du Monde, je proposerai cet accord vin/chocolat ! La complexité, la rondeur et la suavité du vin doux naturel se marient parfaitement au croquant du praliné à la noisette et des pépites de pain d’épices, à la douce amertume de la marmelade.

Photo0297

Et voici notre dernier vin

 Un peu comme dans l’épisode de la tante Léonie avec sa fameuse madeleine, Fabrice et ses acolytes nous ont offert là un voyage vers nos souvenirs d’enfance, à la recherche du temps perdu de l’insouciance et des goûters qui réconfortent. Et ça fait un bien fou !

Merci également à Sophie avec son petit accent argentin grâce à qui j’ai pu goûter une deuxième fois à ce vin exceptionnel. Pour le chocolat, par contre…. Vous me croirez ou pas, mais il n’en restait plus un seul lorsque nous avons voulu y croquer à nouveau… Tant pis – ou plutôt tant mieux ! J’irai rendre visite à Monsieur Arnaud Larher dans sa chocolaterie !

Photo0287

 A la fin de cette soirée mémorable, nous avons pris congé à regret et sommes partis sur la pointe des pieds, comme pour faire durer encore un peu le plaisir.

Un grand merci et un grand bravo à Fabrice pour cette dégustation - qui était vachement mieux que les réceptions de l’ambassadeur avec ses chocolats de supermarché !

Et longue vie au TupperWine : quelques centilitres de finesse dans un monde de brutes !


PS: compte-rendu posté avec quelques jours de retard, car écrit par Dan. C'est tellement bien raconté que je vais mettre la clef sous la porte d'ailleurs! On notera en passant l'influence du grand maître blogueur Fabrice dans le style de cet article. Cher professeur Fabrice, tu constates ici que tes élèves suivent!