saurignyApéro Sau7 (Domaine Saurigny) et Roquefort Sauternes ce soir. J'ai bu le Sau7 après avoir commencé à grignoter, résultat il a eu du mal à s'affirmer face au cake au thon, aux saucisses cocktail et aux bricks jambon fromage...Légèrement pétillant (mais bouteille bouchée normalement) comme quand je l'avais goûté à Bû. Jolie trame légèrement acide mais je suis incapable de vous donner aucun arôme. A regoûter car j'ai vraiment envie de retrouver les notes grillées que j'avais sentie à Bû. Là j'avais l'impression que le grillé s'était transformé en quelque chose de chimique, crâmé peut-être. Un nez bizarre, qui est apparu après quelques minutes d'aération. C'est marrant parce que c'est excatement ce que j'ai ressenti la dernière fois que j'ai bu du 90-C. Un mystère à élucider. Comme quoi c'est quand même super différent de déguster des vins quasi à jeun et pendant un repas! (Ouahou quelle phrase, je crois que je viens de découvrir quelque chose...).

Conclusion: ce vin me paraît difficile à apprécier une fois qu'on a commencé à manger...à retester en pur apéro, pour profiter pleinement des arômes!

PICT3728

On a enchaîné avec un test d'accord mets/vins, roquefort et Sauvignon de Sauternes 2004, du domaine du Rousset Peyraguet. La bouteille est magnifique et a beaucoup plu. La robe était dorée foncée, tirant vers le orange, le vin était un peu trouble (dépôt sans doute, le domaine est en biodynamie). Larmes très épaisses et très lentes sur les parios du verre. Nez un peu alcooleux, sur le miel, le caramel presque, la cire. En bouche c'est trop lourd, trop sucré, limite écoeurant. Manque de fraîcheur, d'acidité, de vivacité. Et pourtant en général j'aime les liquoreux, le sucre ne me dérange pas. Là il me manquait le côté agrumes, la pointe d'acidité qui change tout. Ceci dit avec le roquefort ça passait assez bien, bel équilibre, bonne complémentarité. J'ai par exemple clairement préféré le Gaillac doux avec le roquefort. Je ne sais pas si ce Sauvignon va s'améliorer avec le temps, j'espère en tous cas!