image_hotel_exterior_frontview_1Aujourd'hui avait lieu à Paris à l'hôtel de Castiglione la 13ème édition du concours national des vins de raisins issus de l'agriculture biologique. Ce concours, organisé par Pierre Guigui (rencontré lors d'un Tupperwine), "vitrine de la viticulture biologique dans son ensemble, indépendant et reconnu par l'ensemble de la profession, contribue (si besoin, ndlr) à donner une image positive de la démarche bio, au travers de son sérieux, de sa reconnaissance par les instances professionnelles du vin et de la bio, et par le grand nombre de sollicitations, en qualité d'experts, dont font l'objet les organisateurs". Oui je sais la phrase est longue mais elle n'est pas de moi et je ne voulais pas la tronquer ou la reformuler. Et je ferai un post prochainement sur la viticulture bio, enfin j'essaierai parce que ce n'est pas évident de s'y retrouver.
'
Pour moi c'est déjà un événement en soi que d'aller errer rue du Faubourg Saint-Honoré car je n'ai pas l'habitude d'aller "magasiner" dans ce quartier. Ca l'est encore plus quand je rentre dans un hôtel quatre étoiles, vous savez ces hôtels avec des grooms et des voituriers devant et dont on se demande souvent comment c'est à l'intérieur et qui séjourne dans ces endroits...Et bien là il fallait y aller, rentrer dans le tourniquet, et découvrir qu'à l'intérieur c'est tout ce qu'il y a de plus normal: pas d'effervescence particulière, pas de stars avec des lunettes noires, pas de hall monumental non plus, juste un bel endroit. Quelques marches à gravir et nous voici dans l'antichambre du concours; rapide pointage pour savoir qui est là et avoir son numéro de table; puis quelques minutes d'attente avant de démarrer les hostilités. Dans l'assemblée, d'une bonne soixantaine de personnes, une grande majorité d'hommes  (qui ont de la bouteille, en tous cas de mon point de vue:-), quelques têtes connues (de moi) mais impossible de remettre un nom sur un visage. Il y a là des cavistes, des sommeliers, des négociants, et sans doute bien d'autres encore. Ils semblent tous se connaitrent, ça sert des pinces, ça se fait la bise, visiblement il n'y a pas beaucoup de néophytes comme moi...En même temps c'est le but puisque le jury est un jury de professionnels. Mais je ne sais pas s'il y avait d'autres bloggers par exemple!

sudouest_carte

10h, on entre dans l'antre (quel style!). Pour moi direction la table numéro 8, rencontre de mes a(l)c(o)olytes, et surtout découverte de la région pour laquelle je serai juré: le Sud-Ouest. Cool, c'est une région que j'apprécie, même si j'ai été "surprise" par les appellations proposées: Vin de Pays des Côtes de Gascogne (blanc), Bergerac (blanc, rouge, rosé), Irouléguy (blanc et rouge) et Cahors (rouge). "Surprise " dans le sens où ce ne sont pas les appellations que je connais le mieux, par rapport au Madiran, Gaillac ou Pacherenc. Autour de moi à ma table deux "étrangers": un américain qui exporte du vin français aux Etats-Unis et en Chine depuis plus de vingt ans (il est cité dans cet article du NY Times, à propos du Beaujolais Nouveau, et qui date de 1992), et une australienne qui a un domaine en Australie, qui étudie au Masters of Wine à Londres et dont vous trouverez un portrait ici. Moi qui bosse pas mal en anglais et dont la boss est australienne je n'étais pas dépaysée! Mais j'étais hyper contente de les avoir à ma table et d'avoir pu échanger avec eux, en anglais et en français, de divers sujets tournant autour du vin. Ah, j'oubliais, mon idole, Philippe Faure-Brac, parrain du concours, était aussi présent!

Photo0811

Echantillons numérotés, étiquettes et formes de bouteille cachées, jurés concentrés, c'est ça le concours des vins de raisins issus de l'agriculture biologique!

Photo0814Maintenant que le décor est planté on passe à la dégustation, une dégustation de concours, une première pour moi. Même si mes collègues sont plus expérimentés que moi nous lisons attentivement la fiche présentant les instructions. Chacun dispose d'une feuille présentant (région, appellation, couleur, millésime) les quatorze vins à déguster, d'une feuille constituant l'échantillon de calage, et de plusieurs feuilles permettant de noter différents aspects du vin (visuel, olfactif intensité, olfactif qualité, gustatif qualité, gustatif persistance et impression générale, avec un coefficient de 2/3 plus important pour le dernier critère) ainsi que ses impressions. Le total nous donne une note sur 100. Avec mes compagnons de tablée nous avons dégusté les vins ensemble, Photo0809sans pour autant échanger nos impressions avant d'avoir attribué notre note finale. A la fin nous remplissons une feuille qui présente la note moyenne pour chaque échantillon, l'attribution éventuelle de médailles, et quelques commentaires. Cet exercice est difficile et intéressant à la fois. Intéressant parce que quand nous comparons nos impressions nous nous rendons compte que parfois nous sommes tous les trois complètement d'accord (sur le bien comme sur le moins bien), et parfois nous avons trois avis complètement différents! L'attribution éventuelle de médailles est également un "casse-tête" car ce n'est pas évident du tout d'émettre un avis à partir de trois notes...Et ça l'est encore plus pour moi qui n'ait absolument aucune expérience de ce genre d'exercice! Mais bon on a quand même réussi à s'accorder à peu près. 

Photo0812

Tous ces échantillons dégustés en un peu plus de deux heures!

Après cette intense matinée de dégustation nous remettons notre feuille au responsable du concours. On nous débarrasse les bouteilles que l'on amène sur une grande table en bout de salle. Quel alignement! Et on peut enfin voir ce que l'on a dégusté, et ce que tous les autres ont dégusté! Un buffet nous permet de nous restaurer tout en goûtant aux vins présentés au concours. Quelques domaines connus et reconnus (de moi) font partie du groupe de cols, mais je ne les citerai pour les raisons que vous comprendrez.

Voilà, ma première expérience "concours" touche à sa fin et ce fut comme souvent très enrichissant et intéressant: j'ai découvert comme marche un concours (on se demande toujours comment sont attribuées les médailles, notes et récompenses, en voici une illustration, qui montre j'espère la transparence et la pertinence du processus de "notation"), j'ai dégusté des vins qui m'ont plu, et j'ai rencontré des pros du vin ouverts, passionnés et passionnants, et de carrures internationales en plus! Merci à Pierre Guigui de m'avoir permis de faire cette expérience, j'espère quant à moi que j'ai été à la hauteur (en fait je sais que non...) et que j'aurai d'autres occasions de participer à des événements de ce type.