Et de la prudence à avoir envers les vins médaillés...

"Les Grands Vins Jugés au Pif", c'est le titre d'un article extrait du journal allemand Der Spiegel et proposé cette semaine dans Courrier International. C'est à l'occasion du plus vieux concours de vins d'Amérique, la California State Fair, que l'auteur nous fait part des études du chercheur californien Robert Hodgson, qui a suivi les dégustateurs de ce concours sur quatre années; celui-ci s'est intéressé aux "qualités" des dégustateurs professionnels chargés de déguster les 1000 crus rouges et blancs goûtés pendant la foire. Ceux-là mêmes qui ne goûtent plus que 75 vins par jour, au lieu du double auparavant...

Le premier point abordé par ce chercheur concerne l'importance du moment de la dégustation (dédicace): il a proposé les mêmes vins aux mêmes dégustateurs à des moments différents, et a constaté que les appréciations des mêmes personnes sur les mêmes crus considérablement variaient considérablement en fonction du moment de la dégustation. "Seuls 10% des juges ont donné une appréciation similaire lors des deux fois où ils ont goûté le même produit". Les mêmes dégustateurs ont attribué il y a deux ans une médaille d'or à un vin à 2$ distribué en grande surface en Californie, vin qu'ils ont préféré à ceux plus élaborés et plus complexes de la Napa Valley...

L'article cite ensuite une étude du français Gil Morot, qui a trompé 54 "spécialistes de Bordeaux" (je ne sais pas trop ce que recouvre cette expression) en colorant du vin blanc en rouge...Et enfin des psychologues de Mayence qui ont montré que même la lumière ambiante pouvait avoir une influence sur le jugement d'un vin...

Quelques conclusions que je tire de cet article, qui ne révolutionnent pas le monde pour autant:

- se fier aux distinctions des vins (médailles, étoiles, guides etc...) n'est pas forcément un gage de qualité

- quand on voit qu'il y a des chercheurs ou des psychologues qui se penchent sur le sujet on sent qu'il doit y avoir du business là-dessous...

- ce côté business des concours et prix est confirmé dans l'article qui indique que "le chiffre d'affaires mondial du vin devrait continuer de progresser d'environ 8% par an jusqu'en 2012; il est confirmé également par les vignerons: Superfred qui parle de son ami Patrick Grisard salué par Michel Bettane dans le Monde, Alain Chabanon qui nous parle du coup de pouce du magazine Gault&Millau, ou encore le néo vigneron Stéphane Loisel qui affiche fièrement (et on le comprend) sur son blog sa présence dans le guide Hachette!

C'est assez paradoxal de constater le poids, si ce n'est l'importance de ces prix ou récompenses, et de l'autre côté la façon dont ils sont attribués. Une suggestion: goûter vous-mêmes et faites-vous vos propres opinions!

Artcile lisible en page 14 de Direct Matin du 9 février 2009 (ici)