martine1A peine arrivée, Martine Becker est déjà repartie. En deux heures elle a réussi à nous faire goûter 12 vins et nous raconter l'histoire de sa famille et de l'Alsace, nous expliquer son travail et son amour pour sa région. Belle performance Martine.

L'Hardi Vin, rue des dames, nous accueillait pour un second Tupperwine (le premier était consacré à Chablis avec Daniel-Etienne Defaix). Fabrice avait donc cette fois invité Martine Becker, du Domaine Jean Becker en Alsace. Un domaine qui existe depuis 1610 il me semble, qui fait 18 ha, et qui est en conversion bio depuis 1998 ou 1999. Ils produisent au moins une trentaine de vins, rouge comme blanc, je crois même qu'ils font du rosé. Jeudi soir dernier nous en avons donc goûté 12 dont voici la liste (grâce à monsieur Septime):

- Gentil
- Riesling Grand Cru Schoenenbourg 2004
- Riesling Grand Cru Schoenenbourg 2002
- Riesling Grand Cru Froehn 2001
- Riesling Grand Cru Schlossberg 2004
- Riesling Vendanges Tardives Sonnenglanz 2001
- Pinot Gris Grand Cru Froehn 2002
- Pinot Gris Grand Cru Sonnenglanz 2002
- Gewurztraminer Grand Cru Sonnenglanz 2004
- Gewurztraminer Grand Cru Schoenenbourg 2003
- Gewurztraminer Grand Cru Froehn 2004
- Gewurztraminer Rimelsberg

martine_2

Une fois de plus impossible de vous donner des commentaires de dégustation pour chaque vin. Fabrice a fait une tentative mais il a dû lâché prise avant la fin. Juste quelques mots pour dire qu'à part le premier vin (un rince gueule selon Martine) qui est un assemblage de riesling, gewurtz, muscat tous les autres sont des vins monocépages. Très intéressant ce voyage à travers les cépages, terroirs et millésimes du domaine. Surtout quand c'est agrémenté des commentaires de Martine qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui ne manquait pas une occasion de nous donner une leçon d'histoire.

Les vins qui m'ont marquée ce soir: le premier Riesling, Grand Cru Shoenenbourg 2004, pour son incroyable nez de pétrole; le genre qu'on pourrait ressentir dans une station service ou un aéroport. C'est pas très flatteur comme commentaire mais c'est la première fois que je ressentais cette impression. Spécial, et incroyable de voir ce que le terroir peut transmettre au vin. Mon coup de coeur de la soirée ira aux Pinot Gris: Grands Crus Froehn 2002 et Sonnenglanz 2002; une vraie surprise. D'abord parce que c'est la première fois que je goûtais ces cépages, ensuite parce que ces vins "déconcertants": au nez on se demande si on a à faire à un vin sec ou à un vin sucré; et j'aime cette déorientation, cette incertitude. On est sur les fruits mûrs mais on ne sait pas encore précisément si ce sont des mirabelles, du citron, du coing, de la poire. En bouche on retrouve ce fruité très agéable, cette douceur, cette rondeur qui vient tapisser la bouche. Une finale acide vient relever le tout et empêche complètement que ce vin soit trop lourd. Une vraie belle surprise. Et une fois plus très intéressant de goûter ces vins dans le même millésime mais sur un terroir différent. Les deux étaient clairement différents, surtout au nez, et aussi déconcertant l'un que l'autre. Un mot sur les Gewurtz pour finir: c'est clairement sur le litchi, c'est sucré, voire lourd, ça ne plaît pas à tout le monde. Moi j'apprécie ces vins, surtout s'ils sont associés aux mets qui vont bien avec: tarte aux pommes, tarte aux mirabelles pour rester en Alsace, ou tarte à la rhubarbe dont l'acidité pourrait bien se marrier avec le côté sucré et exotique du vin.

martine_3

"Votre Humble Serviteur" et l'invitée de la soirée, Martine Becker

Merci Martine, merci Fabrice, merci Mr Septime, et merci à tous les participants de cette réunion tupperwine. Au début on ne connaît (presque) personne, et à la fin on discute avec tout le monde, et c'est aussi ce qui contribue à la richesse des tupperwine. Merci à tous et à la prochaine!