caves_aug__Loire_140608__2_

Non ce n'est pas l'addition mais la liste non exhaustive des vins que l'on pouvait déguster samedi 14 juin aux Caves Augé

Un des monsieurs bons plans oenologiques du net parle régulièrement dans ses commentaires à droite et à gauche des dégustations qui ont lieu les samedis matins de printemps aux Caves Augé blvd Haussmann à Paris. Voici le tableau: une dizaine de barriques posées sur le trottoir devant la boutique, et au moins 15 vignerons à chaque fois qui viennent vous faire déguster leurs vins. Organisation nickelle avec un réapprovisionnement régulier en verres propres sur toutes les barriques. Et il y avait du monde en ce samedi matin pour venir rencontrer les 17 vignerons de Loire présents. Clairement pour discuter et goûter les vins des 17 il faudrait y passer la journée; donc j'en ai fait que trois: Frantz Saumon en AOC Montlouis, C&P Breton en Bourgueil, Chinon (et Vouvray), et Olivier Lemasson des Vins Contés, une structure de négoce qui achète du raisin sur pied et fait différents types de vins en Touraine. Les trois sont en bios, biodynamie, ou les deux, enfin ce sont des gens qui font peut-être un peu plus attention à la terre que certains quoi.

  • Frantz Saumon

Avec un nom comme ça il aurait pu être pêcheur mais non, il a choisi de faire du vin, et ce depuis 2002, comme il l'explique dans cette petite video.

Photo037

On commence par un blanc sec, le Montlouis pt'it Caporal 2006: un 100% chenin issu d'un assemblage de terroirs (silice/argile) et qui a passé 12 mois en fûts. Longueur moyenne en finale mais l'acidité relève le tout et fait de ce vin un agréable accompagnement d'apéritif ou de poisson, frais, aérien, sur le fruit. On passe au second blanc sec, le Clos du Chêne 2006, un autre 100% chenin issu lui de vieilles vignes et qui a passé 18 mois en fûts. En bouche c'est  plus rond et plus gras, et la finale légèrement acide vient donner de la longueur au vin, ce qui manquait au précédent en fait. Ca irait très bien avec des poissons et en particulier des poissons de Loire comme nous l'a dit Frantz. De toutes façons y'a pas à tortiller en général les vins accompagnent très bien les plats de la même région. Et Mr Saumon il a aussi dit que c'était un vin qu'on pourrait garder 8/10 ans; bon il a pas encore pu le faire je pense puisqu'il est à Montlouis depuis 2002, mais j'aimerais bien voir ce que ça donne (donc faut que j'en achète? OK!). On finit par un demi sec, le Montlouis Minérale 2007, un vin jeune sur le fruit, qui a 6 mois d'élevage, un vin d'apéritif.

Décidément j'ai vraiment un faible pour le Chenin et ses vins de Loire, c'est fantastique tout ce qu'on peut faire avec ce cépage. Ce n'est pas forcément le plus facile d'après ce que j'ai compris mais avec des vignerons qui se bougent et qui savent ce qu'ils veulent faire ça donne vraiment de belles choses. Quant à Montlouis c'est un vignoble à suivre, et c'est le sommelier qui le dit!

  • Catherine & Pierre Breton

Trois Bourgueil et un Chinon: on commence avec la Dillettante 2006, macération carbonique grappes entières, un vin rouge sur le fruit avec des arômes un peu chinimiques. Nuits d'Ivresse 2006, une sélection de vieilles vignes, vinifié sans soufre; robe plus foncée que le précédent, en bouche c'est plus équilibré, c'est sur le fruit mais ça reste très minéral, caractéristique de l'appellation, et ça j'ai du mal avec les rouges minéraux. Les Perrières 2005, tannique et minéral; à revoir quand les tanins se seront fondus parce que là j'ai eu du mal. On finit par un chinon, les Picasses 2004; peut-être le plus équilibré de tous entre le fruit et les tanins, celui que j'ai le plus apprécié en tous cas. Ils sont difficiles à apprécier ces vins rouges de Loire minéraux quand même, non?

Photo038                                Photo040

  • Olivier Lemasson, Les Vins Contés

Bienvenue dans le millésime 2007, au sud de Blois, en plein coeur de la Touraine. Le premier vin goûté est le P'tit Rouquin, un vin de pays du Loir et Cher 100% gamay, issu d'un terroir sableux. C'est léger, sur le fruit, frais, un vin de soif à 6€ la bouteille. On enchaîne avec le Poivre et Sel, vin de pays du Loir et Cher, 50% Gamay, 50% Pineau d'Aunis (quoi? de Nice? lol...), un vieux cépage ligérien (dixit le vigneron). Terroir sable. Argh, pas pris de notes sur celui-là, tant pis. Vient ensuite mon préféré, le Pinoir de soif; encore un vin de pays, sol argilo silexe, 100% pinot noir comme son nom l'indique, avec un rendement de 25ho/ha. On a du fruit, des tanins, c'est droit et équilibré, vraiment j'aime bien. On finit avec le Gama Sutra (après le Nuit d'Ivresse du Domaine Breton, que de plaisirs...), un 100% vieux gamay (100 ans) avec des rendements de 12ho/ha. Pas de notes de dégustation précises, mais je crois qu'il m'a laissé une bonne impression.

Photo041

Excellent concept que ces dégustations à même le trottoir à deux pas de Saint-Augustin. Organisation irréprochable pour les caves Augé, et convivialité assurée. En plus à l'extérieur et par beau temps c'est vraiment agréable, ça change des salons plein de monde où les conditions de dégustation ne sont pas forcément idéales. En plus il y a avait une bonne ambiance entre les vignerons, ils se connaissaient et se faisaient mutuellement goûter leurs vins. Ceux chez qui j'aurais aimé passer du temps: le Clos du Tue Boeuf, et Maupertuis en Côtes d'Auvergne. La prochaine a lieu quand déjà?

caves_aug__Loire_140608__1_                        caves_aug__Loire_140608__4_